Accueil / Ateliers et réseaux / Congrès /

Dernières contributions ici

  • Logo du 4éme congrès de l'agriculture de conservation

Localisation

New Dehli, India du 4 au 7/2/2009

Les systèmes SCV en cours d'adaptation aux sols lourds fertiles mais inondables du nord Cameroun permettent de relancer durablement la production de coton sur billon et de riz.

Le thème des systèmes SCV adaptés aux sols inondables (voir photo çi-dessus), évoqué par Oumarou Balarabé de l'IRAD/SODECOTON au Cameroun a eu beaucoup de succès au congrès de New Dehli et préfigure des échanges fructueux.

New Dehli-2009

Le IVe congrès de l'agriculture de conservation a lieu en ce moment en Inde. Plus de 1000 participants sont invités. Le congrès est organisé conjointement par l'Indian Council of Agricultural Research and the National Academy of Agricultural Sciences.

A l’initiative du comité de pilotage du programme Pampa, les équipes Cirad et associées des pays du Sud se sont fortement mobilisé pour contribuer au succès de cet important évènement. Cinq "Lead papers" ont été préparés par nos collègues Moncef Benhamouda, Oumarou Balarabé, Rakotondralambo, Joao Carlos de Maraes Sa, Ademir Calegari ainsi que leurs collaborateurs et partenaires.

Brèves : premiers résultats du IV eme Congres mondial de l’AC de New Delhi

Le IV Congrès de l’ agriculture durable de New Delhi vient de s’ achever avec plus de 1000 participants ;

Le Cirad et ses partenaires du programme Pampa étaient là avec de nombreuses communications et posters présentés lors des sessions par les délegations importantes pour la Tunisie, le Cameroun et le Brésil, les collègues de Madagascar ayant été empêchés suite aux evénements politiques en cours.

Notons :

  • La diffusion des scv en zone cotonière au Cameroun et les perspectives de diversification ( riz) – O. Balarabé
  • Regards sur 10 années de création diffusion des SCV à Madagascar points forts et points à améliorer – Rakotonralambo Andrintahina, président du GSDM
  • Les SCV, une agriculture d’ opportunité en cours d’émergence en Tunisie grâce aux SCV par le professeur Moncef Benhamouda.
  • La séquestration du carbone dans les sols tropicaux cultivés en SCV à Madagascar et au Brésil – Dr Carlos Sà.
  • Bilan du semis direct au Brésil par Ademir Calegari – IAPAR.

La Fao, co-organisatrice représentée par une importante délégation a fait publier sur internet un appel aux agricuteurs du monde en vue de les inviter à rejoindre sans plus tarder la famille agroécologique. Vous trouverez le message du Dr Pandey, directeur à la FAO au lien suivant :

Following is another press release related to the world congress

Après un processus de formation aux SCV, adapté étape par étape, les SCV investissent les exploitations à Madagascar.

Page rédigée par : Francis Forest.

Commentaires

Latrine HUMUS

A tous ceux que je connais et à tous ceux que je ne connais pas j'ai le plaisir de dire que le site merci lombric donne une photographie d'une latrine HUMUS Qui va révolutionner la vie des oubliés des industriels de l'Assainissement . Attachez vous à produire de l'humus puis mettez en place la latrine c'est un jeu d'enfant . Il n'y a pas de stockage de matiéres fécales , pas d'odeur , pas de mouche . Environnement deviendra sain . Et condition merveilleuse les gens pourrons utiliser l'HUMUS produit dans la latrine par les vers du fumier pour fertiliser leurs fleurs, leur légumes sans aucun risque sanitaire . L'HUMUS qui est l'engrais de base de la planéte est toujours sain

Latrine HUMUS une première mondiale

Bonjour 

je viens d'expérimenter le passage d'une latrine odorante et pleine de larves de mouches par une latrine à Humus qui n'a plus d'odeur et plus de moche . Si cela vous interesse je peu vous envoyer un mode d'emploi pour tous les types de latrines 

Amicalement 

texte de conférence de l'inventeur des toilettes fertilisantes

Bonjour 

Le texte de ma  conférence a été publiè dans le blog merci lombric je vous invite à la découvrir , à la diffuser autour de vous je vous remercie 

engrais naturel

Bonsoir il parait très possible que chaque communauté établisse un tas d'humus à partir d'un compost avec des déjections animales . Chaque famille se construit un réceptacle pour établir des toilettes à humus. L'urine doit tomber sur de l'humus sec  pour que les bactéries transforment l'ammoniaque en nitrates (on doit pouvoir la récupérer sout les toilettes) les déjections solides et le papier sont recouvert d'humus pour éloigner les mouches . Quand la caisse est pleine chacun ou une administration transfère les déjections qui n'ont pas d'odeur sur un tas d' humus . Des lombrics viendront transformer les déjections en nouvel  humus

Chaque communauté humaine peut ainsi produire des engrais meilleurs que les engrais chimiques ?. Elle économise l'eau Elle oublie ce qu'est l'odeur    

Jardin sans labours

Bonjour a la Salvetat sur Agout au sude de la france en zone de moyenne montagne j'ai entrepris de cultiver un jardin potager verger sans aucun labours. J'ai laissé les herbes, arraché les noeuds de ronces , semé du trèfle blancs cette nourriture a probablement attiré les lombrics des centaines de turricules ont montré que les lombrics se dirigeaient vers la nourrirture. En effet tous les autres jardins de la zone sont labourés sans aucune herbe . J'attende de ces lombrics et des animaux de la faune épigée de créer de l'humus , donc la fertlisation permanente du jardin . Si cela vous interesse je pourrais raconter la suite bernardfontvieille@gmail.com 

toilettes fertlisantes

Bonjour

C'est peut être banal mais je viens de voir le film de Corinne Serreau Solutions locales pour un désordre global et je pense que ce serait une première démarche de découvrir le site merci lombrics .com qui est en français et en anglais . Personnellement j'ai progressé dans ma recherche depuis la création du site puisque je parle de toilettes fertilisantes l'humus issus de la transformation des féces par les lombrics . Ce humus conteint de l'azote, du phosphore et du potassium et ces éléments passent directement dans les racines des plantes . le systéme peut être opérationel pour des dizaines de personnes (station en création pour 200 habitants dans le nord du Département de l'hérault) et comlme il n'y a pas d'odeur on n'a pas besoin de tuyau . On milite comme Claude Bourguignon pour un,e séparation des réseaux eau vannes pour le compost et eau contenant de la chimis vers le pouvoir épurateur des plantes par exemples phragmites

Vous pouvez me contacter par le site Merci lombrics ou directement bernard.fontvieille@wana

 

Recherche dans la librairie virtuelle

application/pdf [1,54 MB] - 18/02/2009   Carbon balance and sequestration in no-till soils under intensive cropping systems in tropical agroecozones

[ Résumé ]

Four points to convince the farmers to adopt the DMC systems (SCV) in large scale :

  • Reduction of costs
  • Reduction of the risks with weather impact (drought)
  • Increase the yield of the main cash crop and the profitability of the whole system
  • Making extra money with C-sequestration and giving a good contribution to the environment.
application/pdf [1,16 MB] - 18/02/2009   Direct drilling is behind agronomy of opportunity in Tunisia.

[ Résumé ]

Tunisian climate is mediterranean, characterized by irregular, sudden, intense and
relatively low rain-fall. Land degradation is continuing, water resources are becoming scare,
and energy cost of farm products is continuously getting high. Consequently, cereal producers
can hardly make an economic return, while practicing conventional agriculture based on
conventional drilling (CD). Conservation agriculture based on direct drilling (CA/DD) gives
farmers a chance to protect soils and rebuilt their fertility for an efficient use of any available
form of water (rain-fall, irrigation). Such desirable efficiency does not come only by the use
of the appropriate crop species, but necessarily by reducing water evaporation. To do so, a
permanent mulching on the soil surface is the pivot of CA/DD. Since rain-fall fluctuates from
one year to another, crop sequences should parallel with such conditions. Some couloirs have
early rains (September-October) and late rains (May-June) too. In Bou-Salem (Governorate of
Gendouba), early and late rains accounted for 26.2 % and 19.9 % of the 07/08 total rain for
cereal growing season (September/07-June/08), respectively. These rains are not well
capitalized in cereal production, when applying conventional agriculture. So, coupling the site
specific approach and agronomy of opportunity is imperative to lift up farm productivity.
The climate (rain, heat) of production sites should be characterized to better define
growing seasons and make the appropriate agronomic sequence. Then, the agronomy of
opportunity (producing the maximum of biomass whenever the climate and the biology of the
desired crop are favorable) could be applied in different scenarios, under rain-fed and/or
irrigation conditions. There is no static scheme to crop the land, and it is rather a dynamic
management of soil, crops, and water. A particular emphasis should be put on use of strictly
seasonal (fall, winter, spring, summer) cereals and legumes in order to make a continuing
cropping with two-three crops a year. A potential scenario could be a fall-barley/springpeas/
summer short season-sorghum hybrid.

application/pdf [288,00 kB] - 08/02/2009   Conservation Agriculture Newsletter
application/pdf [2,79 MB] - 04/02/2009   Lessons learned from the extension of Direct Seeding, mulch-based Cropping systems (DMC) in Madagascar